Comment rester optimiste face à l’acné ?

Qu’est-ce que l’acné ?

Il s’agit de la plupart du temps de boutons apparaissant sur le visage, le cou, le dos, le décolleté et les épaules. 

L’acné est un désordre dû à l’action des hormones et d’autres substances sur les glandes de sécrétion cutanée situé à la racine des poils (glande sébacée). 

Pendant la puberté, principalement entre 12 et 23 ans, l’organisme sécrète en abondance du sébum (substance grasse empêchant le dessèchement de la peau.)

A l’adolescence, certaines personnes ont trop de cellules cutanées graisseuses. Ces cellules se mélangent au sébum et finissent par obstruer les follicules pileux de la peau. 

Les pores ainsi obstrués emprisonnent des bactéries dans ces follicules, et finissent par causer des inflammations. Ces inflammations donnent généralement naissance à des boutons ou des points noirs.

 

Quelles sont les causes de l’acné sur la peau ?

Les causes exactes de l’acné sont inconnues, mais les médecins croient qu’il résulte de plusieurs facteurs liés. 

  • Un facteur important est l’augmentation des hormones appelées testostérones (hormone sexuelle masculine) où un dérivé de celle-ci appelées dihydrotestostérone. Il n’a pas été prouvé scientifiquement que l’acné soit complètement dues à ces ou cette hormone. Pendant l’adolescence, la production de ces hormones augmentent chez les filles et les garçons, une des conséquences est l’augmentation de production de sébum par les glandes sébacées. 
  • Les changements hormonaux peuvent aussi être à l’origine de l’acné, il y a des changements hormonaux liés à la grossesse, prendre ou arrêter la pillule.
  • Un autre facteur est l’hérédité. Certains chercheurs croient que la tendance à développer de l’acné peut être héritée des parents. Par exemple, certaines études américaines ont prouvé que beaucoup de garçons ayant de l’acné ont des antécédents familiaux du même type.
  • Certaines drogues, y compris les androgènes et le lithium, sont connues pour causer de l’acné.

D’autres causes sont à étudier mais elles n’ont pas encore déterminé scientifiquement :

  • Le stress
  • L’environnement: le froid, la pollution…
  • L’alimentation avec des carences
  • Le manque de sommeil

Comment se développe l’acné ?

Les médecins décrivent l’acné comme une maladie des glandes sébacées de la peau. Ces glandes se trouvent sur tout le corps, ils se composent d’une glande sébacée reliée à un canal, appelé un follicule, qui contient des cheveux fins (voir le schéma ci-dessous). Les glandes sébacées sécrètent une substance huileuse appelée le sébum qui se vide normalement sur la surface de peau par l’ouverture de la follicule, généralement appelé un pore.

Les cheveux, le sébum, et les kératinocytes qui remplissent l’étroit conduit près du follicule peuvent produire un bouchon. C’est un signe avancé de l’acné. Le bouchon ainsi créé empêche le sébum d’accéder à la surface de la peau par le pore. Le mélange va permettre aux bactérie ne supportant pas l’air libre de proliférer. Ces bactéries produisent des produits chimiques et des enzymes qui finissent par attirer les globules blancs qui produisent une inflammation. Ces globules blancs en réaction qui causent une inflammation. (l’inflammation est une réaction caractéristique des tissus du corps à la maladie ou aux dommages et est marquée par quatre signes: le gonflement, la rougeur, la chaleur, et la douleur) 

Quand le follicule se décompose sous l’effet de l’inflammation, tout est reversé sous la peau comme affiché sur le schéma (sébum, kératine, bactéries), pouvant provoquer une lésion ou un bouton. 

Il existe différents types d’acné mais les 2 principaux sont :

  • les comédons : ce sont les « points noirs » situés dans les orifices sébacés. Point noir parce qu’il semble noir sur la surface de la peau. Cette décoloration noire est due à l’exposition du sébum à l’air. Elle n’est en aucun cas due à la saleté. Ils apparaissent sous la forme de petits filaments gras, compact, de couleur jaunâtre avec une extrémité noire. Il s’agit de l’acné qui a atteint la surface, il est ouvert sur la peau.
  • les micro kystes : ce sont les »points blanc » situés dans les mêmes orifices. Ceux là n’ont pas atteint la surface. Ils restent sous la peau et peuvent évoluer vers des comédons ou d’autres lésions d’acné mais aussi s’ouvrir sur la peau.

D’autres lésions dues à l’acné peuvent apparaître, y compris celles qui suivent:

  • des papules ; lésions enflammées qui habituellement ressemblent à des petites bosses roses sur la peau et peuvent être tendres au contact.
  • des pustules ; il s’agit de papules remplis par des lésions de pus jaune ou blanc et qui peuvent être rouges à la base.
  • des nodules ; ce sont des lésions inflammatoires grandes, douloureuses et dures qui sont logées profondément sous la peau.

Les cicatrices de l’acné

Toutes les formes d’acné ne laissent pas de cicatrices. Ce sont plutôt les nodules qui les laissent. Les nodules sont des lésions inflammatoires de plus de 5 mm de diamètre. C’est lorsqu’elles se rompent qu’elles laissent des cicatrices sur la peau.

Bien que les dermatologues, cosmétologues, ou autres chirurgiens esthétiques proposent de nos jours de nombreux traitements contre les cicatrices d’acné, le mieux qui pourrait être fait serait de prévenir la formation de ces cicatrices. En effet, la plupart des traitements sont difficiles, coûteux et pas sans risques, alors que d’autres ne peuvent qu’atténuer les cicatrices et non pas les faire disparaître complètement. 

Les formes principales de traitements contre les cicatrices d’acné sont le traitement laser (CO2, Erbium, etc.), le traitement par peeling (doux, moyen ou profond) et le traitement par la dermabrasion. Les traitements existants agissent principalement sur les cicatrices au niveau du visage et ont très peu de succès sur les cicatrices au niveau du dos ou de la poitrine.

Il existe principalement quatre types de cicatrices d’acné. 

Ce sont les lésions cicatricielles profondes qui sont les plus communs. Certains nodules forment des lésions anguleuses, profondes ou légères, au niveau des temples et des joues. Ces dernières ressemblent beaucoup aux cicatrices laissées par la varicelle. Le troisième type de cicatrices d’acné, bien que légère, donne un aspect onduleux à la peau. Quant au quatrième type de cicatrices, la cicatrice hypertrophique, elles se développent à travers un épaississement de la peau.

Afin de prévenir la formation des cicatrices, le mieux serait de débuter le traitement contre l’acné le plus tôt possible; c’est-à-dire, dès l’apparition des premiers boutons d’acné. 

Des recherches ont prouvés que la majorité de personnes souffrant d’acné attendent au moins un an avant de débuter leur traitement. Il faut également éviter de manipuler les boutons, de les rompre à mains nues ou avec des engins pointus non désinfectés, ou de se laver et s’essuyer le visage avec agressivité. Bien que le soleil ne provoque pas la formation de cicatrices, il brunit les lésions; ce qui les donnent un aspect plus profond.

 

Les rétinoïdes, la vitamine A et l’acné

Les rétinoïdes, communément appelés acides de fruits (AHA), sont des dérivés de la vitamine A, souvent utilisés comme traitements locaux contre l’acné. Les rétinoïdes qu’on retrouve dans le contenu des crèmes et gels anti-acnéiques sont la Trétinoïne (Retin-A2), l’Adapalène (Differin) et le Tazarotène (Tazorac). D’autres rétinoïdes sont également présents dans des traitements dermatologiques mais pas ceux contre l’acné.

Les rétinoïdes ont deux rôles principaux à jouer dans le traitement d’acné. Dans un premier temps ils exfolient la peau, ainsi aidant à dégager les pores obstrués par les comédons. En second lieu, ils préviennent la formation de comédons tout en normalisant la sécrétion du sébum. Ils sont donc utilisés principalement contre l’acné rétentionnaire, c’est-à-dire, l’acné sur une peau grasse avec prédominance de comédons et de kystes.

L’effet exfoliant des acides de fruits permet à d’autres applications locales, tels que les antibiotiques, de mieux pénétrer la peau, améliorant ainsi leur efficacité. De ce fait, les rétinoïdes ne peuvent pas être utilisés en traitement singulier contre l’acné mais servent plutôt d’aide à d’autres formes de traitements locaux. Les rétinoïdes à usage local aident également à consolider les résultats obtenus après d’autres traitements anti-acnéiques. La vitamine A modifiée s’applique en forme de crème ou de gel une fois par jour, c’est à dire le soir, sur une peau séchée et démaquillée.

Les traitements rétinoïdes comportent toutefois quelques risques et effets secondaires tels que les irritations cutanées, surtout au cours des premières semaines de traitement, une photosensibilité gênante, pouvant même aller jusqu’à la photo toxicité, le blanchiment de la peau et, bien que rarement, des eczémas. Les acides de fruits sont de ce fait déconseillés aux femmes enceintes ou envisageant une grossesse. Chez certaines personnes, l’utilisation de la vitamine A en application locale peut également provoquer une aggravation de l’acné en début de traitement. Une telle réaction doit être anticiper et ne doit en aucun cas mettre en question l’efficacité du traitement.

 

Traitement antibiotique de l’acné

Les antibiotiques sont très souvent prescrits lors du traitement d’acné, surtout lorsque le problème a atteint un stade avancé. Administré par voie locale ou orale, l’antibiotique a pour but de ralentir la prolifération de bactéries et d’apaiser ainsi l’inflammation; c’est-à-dire, les antibiotiques exercent à la fois un effet anti-inflammatoire et un effet antibactérien contre la bactérie responsable de l’acné, le Propionibacterium acnes.

Les antibiotiques les plus utilisés par voie orale en tant que traitement contre l’acné sont la Tétracycline (Achromycin V), la Doxycycline (Adoxa, Doryx et Monodox) et la Minocycline(Dynacin, Minocin). Les Macrolides, jadis traitement favori des dermatologues, ne sont plus des premiers choix. La Minocycline et la Doxycycline ont une efficacité comparable et semblent être plus efficaces que la Tétracycline.

Toutefois, l’utilisation de la Minocycline peut parfois avoir des effets secondaires graves tels atteintes hépatiques et réactions lupiques avec arthralgies lors d’un traitement prolongé. 

La Doxycycline, semble-t-il, peut entraîner la photo-toxicité. Quant à la Tétracycline, elle est contre-indiquée pendant la grossesse car elle peut affecter la formation des os du foetus. De la même manière, la Tétracycline a une influence sur la formation des dents et des os pendant la croissance; elle est donc également contre-indiquée chez les adolescents de moins de quatorze ans. Dans l’ensemble, les antibiotiques sont connus pour avoir des effets secondaires tels que des crampes d’estomac, des faiblesses, une absence de concentration, un changement de teint et une tendance de se bronzer plus rapidement. Il semblerait aussi que la Tétracycline et la Minocycline peuvent toutes deux diminuer l’efficacité de la pilule contraceptive.

Les traitements anti-acnéiques à base d’antibiotiques sont en général des traitements longs. L’efficacité de l’antibiothérapie peut être évaluée après 3 mois de traitement. En cas d’amélioration, il peut être prolongée de 3 mois supplémentaires. Par contre, en l’absence de résultat après 3 mois, l’antibiothérapie doit être arrêtée et un autre traitement est à envisager.

Vu la résistance croissante du Propionibacterium acnes, il est recommandé de modérer l’utilisation d’antibiotiques dans le traitement de l’acné afin de limiter les problèmes de résistance. Il est également conseillé de ne plus administrer d’antibiotique en monothérapie mais plutôt en association aux autres traitements anti-acnéiques, tels le Peroxyde de Benzoyle ou les Rétinoïdes, qui se présentent en forme d’application locale. Il est également déconseillé d’administrer conjointement des antibiotiques par voie locale et orale.

 

Le traitement hormonal contre l’acné pour les femmes

L’acné chez certaines femmes est due à la surproduction d’une hormone mâle communément appelée androgène. Si vous souffrez de symptômes telles qu’une pousse anormale de duvets sur le visage ou sur le corps, un cycle menstruel irrégulier, des éruptions de boutons sur le visage juste avant les règles, il se peut que le problème d’acné dont vous souffrez est due à ce genre de défaillance hormonal. Un simple test d’androgène dans le sang peut le confirmer.

Il existe trois types de traitements qui visent à rétablir l’équilibre hormonal chez les femmes afin de lutter contre ce genre d’acné :

  • La pilule contraceptive.
  • Les médicaments contenant une dose très faible de corticostéroïde, tels que le Prednisone, le Deltasone, le Dexaméthasone, le Decadron, et le Hexadrol.
  • Les médicaments anti-androgènes tels que le Spironolactone et l’Aldactone, et dans des cas d’acné sévères, l’Acétate de Cyprotérone (également anti-androgène).

La pilule contraceptive, qui aide à contrôler la production d’androgène par les ovaires, et le corticostéroïde, qui a le même effet sur les glandes surrénales, sont favorisés à l’encontre des médicaments anti androgènes à cause des effets secondaires que ces derniers peuvent produire.

Les effets secondaires que peuvent provoquer les médicaments anti androgènes sont des maux de tête, un dérèglement du cycle menstruel, une sensation de fatigue anormale, et des seins ramollis.

La pilule contraceptive orale, en elle seule, semble être inefficace quand il s’agit de cas d’acné avancé. Dans ces cas, le contraceptif doit être administré en association à des traitements locaux en formes de crèmes ou de gels. La préférence est souvent accordée aux contraceptifs contenant un progestatif possédant les propriétés androgéniques, tels que le Désogestrel, le Gestodène ou le Norgestimate. En cas d’efficacité insuffisante, un contraceptif oral à base de 2 mg d’Acétate de Cyprotérone et de 0,035 mg d’Éthinylestradiol doit être utilisé. 

Le traitement hormonal contre l’acné est généralement un traitement à long terme car très souvent on constate qu’à l’arrêt du traitement, l’acné réapparaît. Ce genre de traitement doit ainsi être poursuivi pendant au moins 2 à 4 mois.

 

Quelles précautions pour lutter contre l’acné ?

Si vous souffrez d’acné et que vous voulez minimiser les dégâts, ou que vous ne souhaitez pas que le problème s’aggrave et qu’il dure pas trop longtemps, vous avez intérêt à prendre quelques précautions simples. Voici les précautions à prendre afin de ne pas aggraver votre acné :

Une bonne hygiène de vie est primordiale. 

Si vous vous maquillez, il faut absolument se démaquiller avant d’aller se coucher.

Il faut également bien choisir son maquillage, c’est-à-dire, opter pour des produits non comédogènes qui ne vont pas obstruer les pores davantage. 

Cela s’applique surtout au fond de teint. Un fond de teint trop gras ou à base de Vaseline est tout à fait déconseillé, ainsi que d’autres produits contenant du Vaseline et qui n’ont pas été testé en laboratoire. 

Pour bien se démaquiller, choisissez un gel démaquillant qui se rince à l’eau et qui ne contient pas de savon. 

Le savon est beaucoup trop agressif pour être utilisé sur une peau acnéique, sauf si il s’agit d’un savon dermatologique. 

Il est conseillé de se laver le visage deux fois par jour, matin et soir, surtout si vous souffrez d’acné. 

Il est également recommandé d’utiliser une lotion astringente tel que l’eau de rose, ou une lotion apaisante à la calamine afin de resserrer les pores après le rinçage à l’eau. Appliquez ensuite un soin contre l’acné conseillé par votre pharmacien ou prescrit par votre dermatologue. Ne vous en servez surtout pas de crème hydratante. 

Evitez aussi de garder les ongles trop longs car des bactéries auront tendance à s’accumuler sous vos ongles. Ne manipulez surtout pas les boutons. N’essayez pas d’enlever les points noirs à mains nues. 

Des recherches avancées ont prouvé que le stress est un facteur clé qui entraîne l’acné. Ceux qui en souffrent soient parce qu’ils sont de nature anxieuse ou parce que des examens approches, doivent se procurer des moments de détente. 

Essayez d’avoir au moins huit heures de sommeil par jour et de vous coucher à des heures régulières. 

Toutefois, si vous souffrez d’acné, détente ne rime pas avec soleil. 

Le soleil est un des ennemis d’une peau acnéique. Donc, il faut éviter de s’exposer au soleil, surtout entre onze heures et quatorze heures. Il vous faut également appliquer un écran total et le renouveler après chaque trois heures passé au soleil afin d’assurer une protection optimale contre les rayons UV. 

Les effets de l’alimentation sur l’acné

On a tous si souvent entendu dire que le chocolat, le fast-food, la charcuterie, les frites, le fromage, les boissons gazeuses ou d’autres aliments chargés en iode entraîne de l’acné que c’est presque devenu une réalité pour ceux qui en souffrent. 

Rassurez vous, c’est faux, ce ne sont que des histoires provenant du fait que ces éléments entraînent une montée rapide d’insuline et donc de l’hormone appelée androgène, favorisant ainsi la production de sébum. 

Des recherches scientifiques avancées n’ont pas pu prouver qu’il y a un quelconque lien entre ces aliments et l’acné.

Toutefois, une consommation modérée de ces aliments et une alimentation équilibrée sont recommandées. En effet, la nourriture ne joue pratiquement aucun rôle dans l’apparition de l’acné, mais certains aliments peuvent aggraver ou perpétuer l’acné. 

Comme on le sait si bien, c’est une fabrication excessive de sébum par les glandes sébacées qui fait que les pores se bouchent et les points noirs ou comédons apparaissent, suite à quoi une inflammation va se développer à l’intérieur des follicules, et l’infection de ceux-ci par des bactéries va entraîner l’apparition de boutons. 

Fait étonnant, des chercheurs Américains ont découvert récemment que la production excessive du sébum est directement liée au riz, au pain et aux gâteaux. 

Donc, il est évident qu’une alimentation déséquilibrée et des excès en tout genre favorisent l’acné. La peau est après tout l’organe d’excrétion la plus importante du corps. Lorsque les reins, les intestins, le foie ou autres organes d’excrétion n’arrivent pas à assumer leurs fonctions habituelles, la peau va automatiquement essayer d’éliminer certaines toxines, ce qui peut entraîner des allergies ou des éruptions de boutons. 

Les allergies sont souvent à la base de conditions d’acnés aiguës. De ce fait, les personnes souffrant d’une quelconque allergie et d’acné doivent impérativement surveiller leur alimentation. Certaines personnes constatent également un lien direct entre la consommation de certains aliments, tels que certains produits laitiers, les fruits de mer ou les noix, et l’éruption de boutons. Il est donc recommandé à ces personnes d’éviter les aliments en question. 

Si l’alimentation ne peut entraîner l’acné, elle peut en revanche aider à minimiser les dégâts. 

Malgré le manque de bases scientifiques, certains nutritionnistes obtiennent certains succès, néanmoins limité, en traitant l’acné uniquement par l’alimentation. 

L’absence de zinc et d’acides gras dans le corps peut affaiblir le système immunitaire du corps pour lutter contre l’acné et retarder les traitements. 

Le mot d’ordre pour rééquilibrer la production de sébum est de boire beaucoup d’eau, au moins deux litres ou huit verres par jour, afin d’éliminer les toxines dans le corps. 

Il existe sur le marché des suppléments à base d’huile de lin ou de primevère. Certains traitements d’acné se font aussi grâce à des acides de fruits. De ce fait, une consommation régulière de vitamines et d’oligo-éléments, que ce soit à travers une alimentation équilibrée ou en forme de supplément nutritionnel, ne peut que faire du bien à ceux qui souffrent d’acné.

 

L’acné et le soleil

Le soleil ne cause pas l’acné par contre l’acné et le soleil ne font pas bon ménage. Il est vrai que le soleil, dans un premier temps, fait sécher les boutons et qu’on peut constater une nette amélioration sur une peau acnéique après une exposition prolongée au soleil.

En fait, un léger bronzage a même un léger effet de peeling sur la peau. Mais les boutons vont très vite refaire surface et en beaucoup plus nombreux. 

Si le soleil ne cause pas l’acné, il aggrave sans doute l’inflammation de l’épiderme qui se manifeste en forme d’acné. 

Comme on le sait, c’est la surproduction du sébum qui provoque l’acné. Or, une exposition prolongée au soleil active les glandes sébacées encore plus, ce qui va entraîner une rétention de sébum, puis un épaississement de la partie externe de la glande. 

L’obstruction d’une glande remplie d’un excès de sébum entraîne l’apparition d’un comédon (bouton), qui va, en se kératinisant, devenir un point noir. L’accumulation de sébum sous le point noir, à son tour, peut ensuite former un bouton. 

De plus, grâce à la mélanine, la peau même s’épaissit au contact des rayons du soleil pour se protéger contre ceux si, et en s’épaississant, prépare de nouveaux bouchons de sébum. Alors que les boutons commencent à sécher, s’exposer au soleil peut laisser des tâches brunes. 

 

Il est aux personnes ayant de l’acné d’utiliser une crème solaire d’indice élevée sur le visage, qu’ils renouvelleront plusieurs fois par jour, et de laisser tomber les huiles de bronzage. Les protections contre les rayons ultra-violets sont également existants en forme de fluides pour les peaux grasses, afin de ne pas obstruer les pores encore plus. L’exposition au soleil peut être aussi contre-indiquée lors de certains traitements anti-acnéique, qu’ils soient en forme d’application locale ou par voie orale. Toutes personnes sous traitement médical contre l’acné doivent impérativement se renseigner auprès de leur médecin à ce propos.

 

Les facteurs aggravants de l’acné

En plus des hormones, il existe d’autres facteurs aggravent l’acné : 

  • l’alimentation : Selon certains chercheurs la cause principale de l’aggravation de l’acné pourrait être due à la consommation de certains produits alimentaires. Il s’agit des aliments riches en graisse et en lactose qui peuvent se décomposer en androgènes. Une fois cet androgène consommé, celui-ci stimule la production du sébum, qui finit par obstruer les pores, aggravant ainsi l’acné.

 

  • le grattage : Il faut en à tout prix éviter de toucher les parties du corps couvertes d’acné.

 

  • le lavage fréquent du visage : il finit par assécher la surface de la peau. Cela incite les glandes sébacées à produire plus de sébum pour la peau. L’acné étant due à cette surproduction de sébum, en produire encore plus ne peut pas être bon pour les problèmes d’acné. Il est conseillé de se laver le visage au maximum une fois le matin et une fois le soir.

 

  • le stress : il ne cause pas réellement l’acné mais il peut l’aggraver. Ainsi dans votre journée essayez de réduire au minimum les situations stressantes.

 

  • les cosmétiques : la plupart des produits cosmétiques peuvent obstruer potentiellement les pores conduisant à une éclosion de boutons. Essayez d’employer uniquement des produits qui n’obstrue pas les pores.

 

  • les vêtements :pour l’acné sur le corps, évitez de poster des vêtements trop serrés car ils emprisonnent la sueur contre la peau, pouvant provoquer une obstruction des pores.

 

  • les médicaments :les effets secondaires de certains médicaments tels que les barbituriques ou les stéroïdes peuvent aggraver l’acné

 

  • le soleil :une exposition prolongée au soleil assèche la peau, le corps en réaction produit plus de sébum.

 

Les médicaments à usage local contre l’acné 

Les traitements locaux contre l’acné sont nombreux. Il est donc important de connaître leur fonctionnement et leur effet. Dans un première note, j’explique le fonctionnement du peroxyde de benzoyle ainsi que l’adapalène et la trétinoïne. 

 

Le peroxyde de benzoyle (5 ou 10%) est généralement prescrit contre les formes d’acné légères à modérées et en présence de papules et pustules. D’une efficacité comparable à celle des antibiotiques à usage local, le peroxyde de benzoyle agit comme un antibactérien puissant et exerce en même temps un effet anti-inflammatoire. Toutefois, contrairement aux antibiotiques à usage local, il présente un faible risque d’apparition de résistance. 

Le benzoyle peut également aider à régulariser la surproduction du sébum, ce qui caractérise les peaux grasses. Le peroxyde de benzoyle s’applique une à deux fois par jour et ne coûte pas cher. Toutefois, des effets secondaires tels qu’une irritation cutanée ou, plus rarement, une décoloration des cheveux ou une dermatite de contact peut apparaître. 

 

L’adapalène et la trétinoïne luttent efficacement contre les comédons. Les résultats de ces traitements sont visible au bout de 12 semaines environs. Le coût de l’adapalène est toutefois moins élevé que celui de la trétinoïne. L’adapalène à 0.1% provoque également moins d’irritation cutanée que la trétinoïne à 0.05%. Tout comme le peroxyde de benzoyle, ces deux traitements s’appliquent aussi en forme de crème une ou deux fois par jour.

 

L’acide azélaïque, également à titre de deux applications par jour, semble être moins efficace et agit plus lentement que les rétinoïdes (vitamine A) mais il peut être utilisé en cas d’effets secondaires provoqués par les rétinoïdes car il entraîne moins d’irritation cutanée. L’acide azélaïque possède les mêmes propriétés exfoliantes que les acides de fruits ou rétinoïdes, c’est-à-dire qu’ils aident à décongestionner les pores obstrués par l’excès de sébum. L’acide azélaïque exerce également une activité antibactérienne contre le Propionibacterium acnes (P. anes). Comme le peroxyde de benzoyle, l’acide azélaïque comporte très peu de risques d’entraîner de la résistance bactérienne. 

 

L’érythromycine et la clindamycine sont des antibiotiques utilisés dans les traitements locaux contre l’acné. Bien qu’étant antibactériens et anti-inflammatoires, les antibiotiques appliqués localement sur les zones acnéiques de la peau n’ont aucun effet sur les comédons. Par contre, l’acide salicylique, le soufre, et le résorcinol aident à lutter contre les comédons et les pores obstrués. Toujours à cause de la résistance bactérienne, l’antibiothérapie locale en monothérapie n’est plus recommandée mais est souvent associé aux traitements au peroxyde de benzoyle ou aux rétinoïdes. Il est toutefois déconseillé d’appliquer des antibiotiques à usage local lors d’un traitement d’acné aux antibiotiques à usage oral. Les antibiotiques à usage local peuvent provoquer des effets indésirables sans gravité tels que l’érythème, la desquamation, une sécheresse inconfortable de la peau et une sensation de brûlure.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *